Féminin en souffrance

February 24, 2015

 

Féminin en souffrance 

Par Florence Perdriel Vaissière

Dans son corps chaque mois, tout au long de sa vie, la femme vit des cycles ; des cycles qui sont intimement reliés aux saisons de la vie et à la lune. 

Mais ces cycles, quand ils sont non compris, non exploré, non accepté, non accueilli, non choisi en conscience sont parfois subis par les femmes et s’expriment sous forme de nervosité, irritation, fatigue, douleur, introspection, solitude…

Comment pourrait il en être autrement !…

Depuis la nuit des temps, la femme est réglée et reliée aux cycles de la Nature ; son corps est son outil de mesure fondamental ! A travers cette capacité à porter l’Univers dans son corps, la femme fut longtemps considéré comme une déesse qui portait en elle le mystère de la vie, capable de créer la vie et d’assurer l’avenir de son peuple.

Et puis petit à petit sa grande puissance est passée sous silence pour venir exister sous forme de souffrance dans le cœur des femmes. L’homme a compris que la femme avait besoin aussi de son énergie et la lutte de pouvoir a commencé…Aujourd’hui Vivre la femme, être femme, se sentir femme épanouie est devenue difficile, compliquée, fatiguant et même une lutte parfois et ces femmes perdues, en recherche de leur féminin, ont alors oublié le cadeau que le divin leur avait fait.

 

Et ce puissant féminin, quel est- il ?

Puissance de création, de fécondation, puissance d’expression et de renouvellement, puissance de guérison et de transformation, puissance d’Amour inconditionnel et de compréhension, la femme est l’initiatrice des changements du monde, l’inspiratrice de l’Amour Divin qu’elle porte en elle.

 

Mais quels sont ces cycles ?

La femme vit en elle, dans son corps, dans son ventre, dans son utérus chaque jour, chaque semaine, chaque mois, chaque saison, chaque année de sa vie, 4 expressions très fortes du féminin = La jeune fille, la mère, la femme, la grand –mère.

La Femme s’exprime à travers ces quatre archétypes « comme elle peut parfois » suivant son parcours, son éducation, ce qu’on lui a montré du féminin, ce qu’elle a reçu et en rapport avec les concepts (malheureusement beaucoup dénaturés ) de la société actuelle.

Car en effet, pour quoi est ce si dur de vivre son féminin, de le comprendre et de l’accepter, ça commence souvent loin…

  

Les 4 phases, les 4 cycles, les 4 archétypes vivent en nous et s’expriment à l’extérieur de nous 

 

-Si l’on commence par regarder la Jeune Fille de nos jours aujourd’hui .

La jeune fille, pour beaucoup de nos jours, n’est plus guidée à comprendre, à percevoir la beauté du féminin pur et innocent en elle, elle cherche souvent à ressembler à une image, à ce qu’elle pense qu’on voudrait voir d’elle.

L’image, le rapport à l’image…: les images retouchées, parfaites, lisses, sans vie, sans consistance sont mises sur trop souvent en avant, faisant de la femme qui se cherche en devenir, un objet impersonnel et vide.

Et cela devient une souffrance souvent pour ces jeunes filles que se montrer avec des formes, un corps de femme ; beaucoup de maladies psychiques en découle notamment la boulimie et l’anorexie qui montrent bien les difficultés que de n-aitre femme aujourd’hui, que de montrer ce corps qui change pour devenir une femme, pour accomplir sa création, pour s’accomplir.

On en oublie la beauté de cette jeune fille « graine de vie », qui porte la vie en elle dans son ventre, mais aussi dans son esprit, dans son état d’être car la jeune fille c’est la joie, la spontanéité, l’insouciance, la curiosité, c’est l’action, c’est l’énergie du printemps…

Reconnecter à cette jeune fille en soi c’est reconnecter à cette énergie d’assurance, de joie, d’imagination, de volonté, d’ouverture et bien d’autres belles formes encore…

 

-Puis sil y a La Mère en nous, comment la vivons nous ?comment s’exprime t elle aujourd’hui ?Elle aussi , c’est devenue de plus en plus dure, car de moins en moins accompagnée, soutenue, idolâtrée comme elle devrait l’être , car enfin elle porte la vie en elle  quand même!!

Pourquoi n’est elle plus vue, ne se laisse-t -elle plus voir comme la déesse-mère, ronde et généreuse ? Etre enceinte serait presque un handicap ! A tel point que certaines cherchent même à ne pas montrer ce ventre, montrer ces formes aux arrondis parfaits qui s’expriment dans le fait d’être une mère, qui porte le monde….Et après son accouchement, c’est encore et toujours vite vite ! Elle doit vite « reprendre sa forme, reprendre sa forme-modèle-parfaite » oublier l’enfant qui est sorti de son corps, oublier la beauté, l’investissement, les neuf mois de gestation de cet acte d’Amour.

Elle en vient même souvent à oublier ses besoins, petit à petit, laissant l’enfant manger la mère, laissant l’amant ne plus voir la femme…et elle s’en fait un devoir et s’installe tout doucement le stress, la fatigue, la dépression, le surmenage, une forme de non -vie, curieux après avoir donné la vie !!

Bon sang mais arrêtons d’oublier de cacher, cette femme créatrice car la mère en nous c’est aussi le génie créateur absolu, la création pure ; la mère enfante la création !

La mère est pur terreau, pur nourriture de vie et la femme -mère consciente de ses cycles sait qu’elle n’a pas à s’oublier, car le terrain, le terreau est la priorité pour faire germer, grandir idées, enfant, famille, projets… 

Rétablir l’énergie de la mère c’est donner pleinement matière à sa création, c’est faire grandir, nourrir cette création et l’expanser dans le monde.

Plus la femme équilibre son énergie de mère plus elle apprend à repondre à ses besoins de recevoir pour nourrir le monde qu’elle porte.

La mère c’est l’abondance, c’est le soleil à son plein rayonnement, c’est l’énergie de l’été.

Vivre l’énergie de la mère, c’est se permettre d’agrandir sa famille de cœur et de recevoir l’Amour de l’humanité en son sein.

 

Mais cette mère c’est aussi une femme- femme: et être une femme, c’est exprimer la vie, vivre la magie de la vie, c’est faire vibrer son féminin sauvage et fascinant.

Vivre sa nature de femme, c’est exprimer au monde sa réalisation, sa création, c’est mettre en lumière la beauté de son chemin de femme épanouie dans la matière. C’est être juste et libre de son corps, de son être - femme. C’est être déesse, c’est être intuitive et sensuelle. 

La femme réalisée est celle qui équilibre sa nature sauvage et sensible, celle qui sent vibrer en elle ce qui est juste pour son être, pour son corps, dans son coeur ; c’est celle qui sait dire, exprimer, ressentir pleinement, librement sans peur. C’est la femme réglée, qui a ses règles, qui les connaît et c’est celle qui se connaît et connaît ses limites, son territoire.

Mais aujourd’hui nombreuses sont les femmes qui cachent ce féminin, qui en ont peur.

Nombreuses sont celles qui ont de grande difficulté à montrer leur féminin car trop longtemps soumis au joug d’une société masculine mal ajustée, en révolte, dans la peur elle aussi…

Aujourd’hui beaucoup de femmes perdues et en colère prennent le chemin du masculin, celui du combat ; c’est une façon de ne pas montrer encore pleinement ce qu’elles sont. Elles cherchent à exprimer, à s’imposer, car elles souffrent en elles, venant en contradiction certaine avec leur nature ; ces femmes sont alors « déréglées « du féminin qu’elles sont. Et prenant la forme du masculin pour exprimer, elles s ‘y perdent aussi et en viennent même à en prendre les vices : addictions, vulgarité, colère, combat ; elles luttent, se débattent, cherchant ce qu’elles sont à l’extérieur alors que tout se passe à l’intérieur…Pas de jugement, non non juste, une profonde tristesse.

Car la puissance de la femme n’est pas le combat mais l’Amour, et l’énergie qu’elle porte est à l’intérieur d’elle n’est pas- comme les hommes à l’extérieur- mais comme le montre leur corps, leur sexe, à l’intérieur.

La femme qui se retrouve, est solaire, lumineuse, rayonnante de sa propre lumière, elle connaît clairement ses limites et son territoire. Et plus elle va vers elle, à l’intérieur d’elle dans son corps, plus elle nourrit cette force intérieure avec justesse, plus elle grandit en conscience de sa puissance interne, vivante plus elle devient la guérisseuse, celle qui sait.

 

Laissant doucement grandir en elle l’énergie de la femme-sage: l’énergie de la grand mère, la dernière et grande énergie de maturation et de maturité.

L’ énergie de la femme sauvage, enchanteresse correspond à l’automne, la femme s’accomplit , s’expanse, exprime son être puissant, montre la belle fleur épanouie qu’elle est devenue, les expériences de la vie en poche, elle se montre fièrement et resplendissante au monde et se prépare à rentrer en elle.

Et petit à petit la Femme Sage grandit dans le corps, le cœur et l’esprit, chaque mois d’abord puis dans la 4 ème phase de la vie, c’est la grand mère : celle qui accompagne l’enfant comme l’adulte quand la peur et le doute sont là sur le chemin de le vie, c’est celle qui rassure car elle connaît, elle sait, par l’expérience de la vie dans la voie du Coeur. C’est celle qui honore et rendre grâce à la terre -mère du cadeau profond que lui a fait la vie.

Mais aujourd’hui malheureusement nos grands mères ne sont plus ce qu’elles sont, elles ne sont pas à blâmer, oh non ! C’est notre société qui est en cause et les met sur le banc du trottoir. Plus de règles, plus de travail ,plus d’enfant alors elles ne servent plus à rien ! Mais comment ? Ne comprenez vous pas que ces femmes, nos grand mères sont des livres d’amour et de Savoir Sacré ouverts à tous, prêtes à donner, ce sont nos sages, nos conseillères, elles sont l’Amour infini de la Terre mère expansée dans tout leur être..

Les grand mères ont nécessité de reprendre leur place, car elles portent en elles toutes les femmes, elles sont le savoir sacré ancestral vivant, elles sont celles dont tous et toutes nous avons besoin pour grandir , être rassuré, accompagné, la grand mère c’est le fruit mûr , si sucré, si savoureux, c’est la patine si belle de l’objet que l’on chérit, c’est la vie incarnée réalisée, c’est la femme accomplie , la grand mère est pur amour et pure compassion… et nous les délaissons ! Sommes nous devenons fous ?

Aujourd’hui nos grand mères sont seules et nous aussi !…et elles nous manquent tellement…Aujourd’hui nous avons besoin d’elles et elles aussi !

Intégrée l’énergie de la grand-mère si belle si douce, si sage, si grande, c’est se permettre la réalisation ultime, c’est le secret des mystères de la vie intégrés, c’est la sécurité et la richesse intérieure assimilées, qui correspond à la période de l’hiver et de l’intériorisation.

Aujourd’hui nous avons besoin de vivre ce féminin en nous, de le faire jaillir au monde pour que cette humanité robotisée, coupée cesse !

Plus nous visiterons et accueillerons nos natures féminines, plus nous nous sentirons libres et légères dans nos esprits, fortes à l’intérieur dans nos cœurs, joyeuses dans nos corps à l’extérieur, ancrée et épanouie dans tout notre être.

Je vous invite à reconnecter, à reconnaître les plus beaux aspects du féminin en vous et les laisser s’exprimer pleinement à l’extérieur de vous dans votre vie de tous les jours avec vous même, dans votre vie professionnelle, dans votre vie de famille et de couple, dans vos choix de vie tout simplement .

 Florence

Tags:

Please reload

Featured Posts

Vivez l'être-femme que vous êtes !

February 24, 2015

1/10
Please reload

Recent Posts

April 21, 2017

September 23, 2016

September 28, 2015

May 24, 2015

Please reload

Search By Tags
Follow Us
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic

​© 2015 Conception et Rédaction

FLORENCE PERDRIEL-VAISSIÈRE

etre-et-feminin.com

Photos:

Florence Perdriel Vaissière

Emilie Figuier

Christophe Sachs

 

  • Facebook Social Icon